Initials B&T

12 octobre 2013

WEDDING TIME... Habiller la femme du témoin

Hé oui, j'avais des chaussures roses... (tout le monde s'en fout)

DSC_0338

Hé oui, les bras nus en avril, j'me suis caillées les miches...

DSC_0250

La robe d'assistante du témoin, patron maison, en satin  et mousseline de soie (du Marché Saint Pierre)

Hé oui, j'ai pris des cours de patronnage...

DSC_0254

Hé oui, il y avait des froufrous, des tas de froufrous...

Foutus froufrous que le témoin a saisis en même temps que son bout de chou, m'exhibant en culotte dans le choeur devant les mariés et le reste des invités...

DSC_0266Hé oui j'ai changé de chaussures pour sauter sinon je serais restée engluée dans la boue

 

DSC_0270Oh un travelo... Cachons vite ces dorsaux

 

DSC_0271Bon les biceps aussi...

 

DSC_0276C'est pas un peu fini ce cirque ?

 

DSC_0287Ouf... enfin une attitude normale... Ah ces jeunes, ils ne savent plus se tenir !

 

DSC_0324Echarpe en soie, patron maison, dégradé de soie (des Coupons de Saint Pierre) et biais (chutes de la robe)

 

* * * * *

A bientôt !

 

Posté par initials B_T à 19:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


16 août 2013

WEDDING TIME... Habiller le témoin

ou Pourquoi n'ai-je pas épousé un japonais ?

 

Forte de l'expérience des chemises Burda, je me suis sentie d'attaque pour affronter le livre Les Chemises de Ryuichiro Shimazaki.

Les étapes de montages sont très détaillées et les méthodes indiquées donnent un résultat pro. Les photos donnent envie de s'y mettre de suite... d'autant plus que le choix de modèles est vaste : décontracté, habillé, à manches courtes ou longues, pour boutons de manchette ou non , à plastron... Tout le monde trouvera le modèle de chemise qui lui convient.

Les détails historiques, très sympas, vous explique le pourquoi du comment de la forme des chemises et vous aurez même des infos sur le choix des cols et des pieds de col, la couture des boutons (en patte d'oie notamment), l'entoilage, les poignets, le choix des tissus...

Ce n'est pas un livre à mettre entre les mains d'une débutante mais il est très complet et agréable à utiliser.

 

Fière de ma trouvaille j'ai donc :

    - choisi le modèle avec Monsieur ; (et papoté chiffons et vernis à ongles)

    - acheté le tissu ; (aller à Paris OK, utiliser le GPS sans se perdre OK, savoir garer la voiture dans le parking souterrain sans érafler la carrosserie OK, hésiter à envoyer un texto pour faire la fière d'avoir garé la caisse sans l'amocher puis changer d'avis et se dire qu'un texto UNE FOIS sortie du parking souterrain sera une meilleure idée OK, aller d'un pas décidé chez Tissu Reine OK,  aider des touristes perdus avec son plan mais par malheur les envoyer dans la mauvaise direction OK, faire ses petits achats et traîner dans les magasins de coupons pour descendre sa CB OK, retourner à son véhicule sans se perdre dans le parking souterrain OK, sortir la voiture sans l'érafler OK, respirer un bon coup OK, envoyer ce fameux texto OK, retour maison OK) ;

    - comparé les mensurations de la bête avec celles du livre et constaté un GROS décalage au niveau du cou, de la carrure et de la longueur de bras. Eh oui, je suis mariée avec un orang-outan... au torse velu qui plus est ;

    - tenté de modifier le patron pour le mettre à la taille du-dit orang-outan : XXL au cou et à la carrure, L à la taille, S aux poignets ;

    - suivi les étapes de montage avec une application scolaire (coutures rabattues, point de chausson pour maintenir l'entoilage non thermocollant...) ;

    - convaincu l'orang-outan d'arrêter ses jeux vidéos pour essayer ladite chemise.

 

Et l'évidence tombe au premier essayage : Monsieur n'a rien d'un gabarit japonais.

La chemise est un peu serrée au niveau du cou et des plis disgracieux se forment de la base du cou vers l'emmanchure (la faute à des trapèzes un peu trop musclés). Chériii, arrête la muscu, VIITEEE !

Pas le courage de tout repatronner et de recommencer. Un pti tour ici, la solution est vite trouvée : ouvrir la couture entre le devant et l'empiècement dos et grapiller autant de millimètres que possible. Ouf problème résolu du premier coup.

 

 

Voici donc celle qui m'a donnée des sueurs froides :

chemise blanche 1La chemise habillée, en coton à chevrons (Tissu Reine) issue du livre Les Chemises de Ryuichiro Shimazaki.

 

 

chemise blanche 2Poignets mousquetaires et boutons de manchette

 

chemise blanche 3Et on admire la fente de manche impec Siouplè !

 

 

chemise blanche 4

 

chemise blanche 5Les pinces dos pour un fit parfait et zéro pli sous la veste

 

 

chemise blanche 6

 

chemise blanche 7Encore des coutures rabattues

 

 

chemise blanche 8Le col italien, idéal pour les gros noeuds de cravate

(et encore quelques stigmates de ces fameux plis obliques)

 

 


Et la tenue de Madame ????  Post à suivre....

 

DSC_0328

* * * * *

 

A bientôt !

Posté par initials B_T à 20:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 août 2013

MON PETIT MARIN-PECHEUR

... ou mon déménageur breton, voilà les doux noms que me donne Monsieur. Il faut dire qu'avec une carrure dos de 39cm, on m'a déjà demandé si je faisais de la compet' de natation (la loose...).

En couture, cette spécificité anatomique pose pas mal de problèmes. Vous mesurez tour de taille, de poitrine et de hanche ; vous faites le modèle à la taille supposée correcte et BAM, deux mouvements de natation et les coutures des emmanchures éclatent. Moment de solitude...

Donc, faire des chemises, c'est souvent toute une aventure. Seulement, j'ai eu la chance de découvrir les patrons Aime Comme Marie et là, bah... rien à dire. Le 38/40 serait plutôt un petit 38 mais il taille impec, on peut mimer un crawl sans problème...

Avec ses fentes de manches, ses empiècements, son arrondi liquette, la petite chemise, elle a tout pour plaire et en joli liberty, je pourrai même la porter pour aller au boulot. On dirait une VRAIE de vraie.
 Les explications sont limpides et permettent de passer les étapes périlleuses sans danger (surtout la fente de manche).

Faible que je suis, j'ai cherché à reproduire au plus près les magnifiques chemises de la Fée Niasse,. J'ai donc arrondi le col pour y ajouter un passepoil plat, passepoilisé la majorité des coutures et choisi un tissu à motif. Le rendu me plait beaucoup, elle aura des petites soeurs celle-là !

Mes dorsaux étant ce qu'ils sont (la gym n'allant pas aider à les diminuer), je n'ai pas surfilé les pièces, je les ai toutes assemblées avec une couture rabattue, pour plus de solidité et un aspect pro'. De même, j'ai LARGEMENT surpiqué un peu partout, comme dans le livre Les Chemises, lu et relu cet hiver. Ce bouquin, une référence en la matière, indique les surplus à mettre aux différents endroits des pièces pour faire des coutures rabattues nickel, coudre des boutons en patte d'oie (so chic)....

 

Voici donc LA chemise :

 

DSC_0199

Chemise MYTHIQUE, patron Aime Comme Marie
en coton à motif et popeline bleue (Mondial Tissu) et lin argenté (Lin et l'Autre, mercerie du coin)

 

DSC_0198

 

 

DSC_0201

Les bouton cousus en "patte d'oie"

 

DSC_0197Du passepoil en veux-tu en voilà

 

DSC_0204Les surpiqûres un peu partout

 

DSC_0202

 

DSC_0195

 

DSC_0205

 

DSC_0206Le joli biais uni assorti, plus joli qu'un simple ourlet

 

* * * * *

A bientôt !

24 mai 2013

LIKE LA SALADE COMPOSEE

Ciel gris, 6 degrés, c'est plus un temps à s'empiffrer de tartiflette et exploser son taux de cholestérol qu'à pique-niquer, non ?

J' m'en moque, j'ai envie de soleil, de plage, de barbecs... Tiens, j'ai même repris la gym pour faire disparaître cette saleté de cellulite, qui s'était incrustée cette hiver. Allez hop, 5 séances d'aérobic par semaine. 2 semaines à souffrir de courbatures de malade, à pas pouvoir descendre les escaliers, enfiler ses chaussettes ou se lever de sa chaise dignement. Maintenant les cuisses sont dures comme du béton (certes, le reste un peu moins, mais évidemment, ça ne peut être que de la faute de la prof de gym ;) )

Donc finis les ragoûts, raclettes, gâteaux... (le temps de cette bonne résolution), j'ai envie de salades (comme les succulentes versions de Cléa) !

Pour transporter fièrement la cuisine maison, il faut un vanity  :

    - qui tienne parfaitement VOS récipients et évite ainsi que la sauce (aussi délicieuse soit-elle) finisse répandue au fond du-dit vanity et vous prive : premièrement de l'assaisonnement et deuxièmement d'une soirée tranquille (nettoyage du vanity et éventuellement du véhicule) ;

    - avec des compartiments (la grosse galère pour faire patron) ;

    - facile à transporter avec un anse ;

    - bien rembourré en ouatine pour assurer de la tenue, de l'isolation thermique et jouer un peu le rôle d'anti-choc.

 

Voilà LA BETE :

vanity 1

The VANITY, patron maison en cotonnade à rayures (cadeau), liberty étoilé et lin cuivré de la mercerie du coin.

 

vanity 2 bis

La salade, c'est léger, mais les bouteilles d'eau un peu moins. Faisons des finitions solides.

 

vanity 2

 

vanity 3

 

vanity 4

 

vanity 6

Eh oui, y a plein de place là-dedans !

 

vanity 7

Les liens pour tenir efficacement la boîte et éviter les dégâts...

 

vanity 8

Deux beaux compartiments

 

vanity 9

 

vanity 10

La doublure cousue à la main.

 

*************************************

A bientôt !

 

 

 

 

Posté par initials B_T à 15:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,